• 06.03.04.92.82

Actualités

Anniversaire : nous célébrons les 100 ans de l'interprétation de conférence

C’est il y a cent ans, en Octobre 1919, que naissait l’interprétation de conférence.

 

Bien que le développement de la traduction simultanée soit généralement associé aux procès de Nuremberg qui ont eu lieu après la Seconde Guerre mondiale, c’est il y a cent ans, en Octobre 1919, que naissait l’interprétation de conférence. Au lendemain de la Première Guerre Mondiale et alors que la langue anglaise était proclamée première langue lors d’échanges internationaux, l’interprétation nécessitait d’être facilitée.

 

Albert Thomas OIT En effet, c’est sous l’égide du directeur de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) M. Albert THOMAS, arrivé en poste en 1919, que l’interprétation simultanée a débuté.

Jusqu’alors, et faute de matériel adapté, l’interprétation était réalisée de manière consécutive. L’orateur disait une phrase, puis s’arrêtait pour permettre aux différents interprètes de retranscrire ses propos dans la langue d’origine des personnes présentes.

Cette méthode, bien qu’efficace alourdissait grandement les échanges et doublait le temps de chaque intervention. Le brouhaha généré dans la salle nuisait fortement à la concentration. Devant ces lourdeurs, et avec l’avancée technologique, deux hommes MM Filene et Finlay ont collaboré et inventé le premier système téléphonique d’interprétation. Mis en service en 1927, le Système Hushaphone Filene-Finlay d’IBM est vite devenu un succès dans l’ensemble des conférences internationales.

 

 

 

interprete de conference espagnol

Depuis, la technologie a grandement évolué et le métier d’interprète de conférence a été officialisé. C’est un métier qui nécessite une très grande concentration et génère une source importante de stress pour le cerveau. Au début des années 1970, et face à un certain nombre de problèmes de santé recensé auprès de la communauté des interprètes simultanés, des études scientifiques ont été réalisées. Il s’est avéré que les fonctions d’écoute et de traduction à un rythme soutenu étaient source de stress, d’insomnie voire d’épuisement. Dans le but d’améliorer les conditions de travail, il a été convenu de segmenter la tâche en réalisant de courtes séquences d’interprétation suivies de pauses pour permettre au cerveau de se mettre au repos.

Aujourd’hui, les interprètes sont installés dans des cabines insonorisées, qui leur permettent de réaliser leur travail dans de meilleures conditions et facilitent la concentration. Les interprètes travaillent en équipe et se relaient toutes les 30 minutes pour retranscrire les propos de l’orateur.

 

Un très joyeux anniversaire à l’interprétation de conférence qui est finalement assez récente dans la profession et qui ne cesse d’évoluer année après année.

 

« Rien de plus stimulant que le travail d’interprétation simultanée ! L’interprète doit être capable d’écouter, analyser le discours et le restituer dans la langue cible presque tout en même temps et cela demande une préparation et une formation pointue. De plus, les thèmes très variés que nous sommes amenés à traiter sont également une source de satisfaction, on apprend tous les jours de nouvelles choses et nous nous trouvons au cœur de débats et de présentations souvent très enrichissantes ! »